NIZAN Paul


Livre du Bicentenaire (Coiffard, 2008)

200 ans d'histoire - copie

Dictionnaire biographique

Notice signée : Jean-Louis Liters

 

NIZAN Paul

(1905-1940) 

Élève / Journaliste – Écrivain

 

Né à Tours (Indre-et-Loire) le 7 février 1905.

Son père, Pierre, fils d’un cheminot breton, est diplômé des Arts et Métiers et ingénieur d’une compagnie des chemins de fer quand, à la suite d’un revers de carrière, il doit quitter Périgueux pour Choisy-le-Roi. Paul Nizan, brillant élève alors inscrit au cours de l’année scolaire 1916-1917 au lycée Henri IV à Paris, est en classe de 5ème A avec Jean-Paul Sartre.

Tandis que Sartre passe les trois années suivantes au lycée de La Rochelle, Paul est mis à l’abri des bombardements de Paris par la « Grosse Bertha » dans sa famille nantaise, du 20 avril 1918 jusqu’à la fin de l’année scolaire. Élève en 4ème A au Petit-Lycée, il obtient une mention de 2ème prix de version latine et une mention de 1er prix de thème latin.

Entré en 1924 à l’École normale supérieure, dans la même promotion que Sartre et Raymond Aron, il est le condisciple de Jean Bruhat. Au retour d’un voyage à Aden (1927), convaincu des désastres causés par la société capitaliste, il entre au Parti communiste.

Il épouse Henriette Alphen, dont, hasard, le père, blessé de guerre, avait été soigné à l’automne 1914 au Grand-Lycée de Nantes transformé en hôpital militaire.

Agrégé de philosophie (1929), Paul Nizan enseigne et milite à Bourg-en-Bresse (1931-1932) puis il se met en congé et se consacre à la vie militante et à la littérature.

Auteur de deux pamphlets contre la société bourgeoise, Aden-Arabie (1931) et Les Chiens de garde (1932), il collabore au journal du PCF, L’Humanité.

Lors d’un dîner chez Jean Bruhat, alors professeur au lycée, il évoque la vie de Pierre Nizan qui vient de mourir à Nantes ; la vie de son père est la matière de son premier roman Antoine Bloyé (1933). L’un des personnages de son roman La Conspiration (1938) est un chartiste, ancien élève du lycée Clemenceau, fils d’un grand commerçant nantais de la rue Crébillon.

Paul Nizan, invité du Komintern, passe un an en Union Soviétique et participe en 1934 au premier Congrès des écrivains soviétiques, mais il quitte le PCF en 1939 après la signature du pacte germano-soviétique.

Mobilisé comme agent de liaison auprès de l’armée alliée, il est tué près de Dunkerque le 23 mai 1940.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Une association, le G.I.E.N., et une revue, ADEN, à découvrir

 

http://www.paul-nizan.fr