DALLET François


François DALLET 

(1914-1940)

Elève

Journaliste

Ecrivain

François Dallet

François Dallet à 15 ans

Pentecôte 1929, jour de première communion (protestante)

Photo Gustave Cadé, Nantes

Source : Madeleine Scherer-Dallet, sa soeur

 


Livre du Bicentenaire (Coiffard, 2008)

200 ans d'histoire - copie

Dictionnaire biographique

Auteur : Jean-Louis Liters

 

 

 

DALLET François

(1914-1940) 

Élève / Écrivain

Né le 31 mai 1914 à Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique) où ses parents sont instituteurs.

Son père, directeur d’école, fut l’un des premiers aveugles enseignants : son nom fut donné à des groupes scolaires de Nantes et de Saint-Brévin.

Après des études de droit à Rennes où il anime le journal étudiant “l’A”, François Dallet fait un peu de journalisme.

Il publie en 1937 un premier roman, Les pieds du diable, qui obtient trois voix au Goncourt.

Il devient secrétaire littéraire chez son éditeur, Denoël.

 

Grand sportif, il fait à Nantes du rugby et du football et il reçoit le prix des écrivains sportifs.

 

1932-1933 Equipe de rugby du lycée

François Dallet (debout et tout à droite)

et ses coéquipiers de l’équipe de rugby du lycée,

championne d’académie (1932-1933)

Source : Maurice Ortais (deuxième à droite au premier rang)

 

Le 7 juin 1940 il est tué au combat à Ciry-Salsogne (Aisne), dans le secteur même où son père, le 6 juin 1915, a été blessé et a perdu la vue.

Écrivain mort pour la France, son nom est gravé au Panthéon, non loin de celui de Nizan (*).

 

La sœur de François Dallet, Madeleine Scherer, a écrit, sous le nom de Madeleine Vivan, des romans, dont certains inspirés de ses souvenirs nantais. Dans Une maison (1936) elle évoque les cours de vacances dans le gymnase du lycée.

 

François Dallet est le père de Jean-Marie Dallet qui fut encouragé dans sa vocation d’écrivain par Morvan Lebesque (*), le meilleur ami de son père.