CORBIERE Edouard-Joachim (dit Tristan Corbière)


 

Edouard-Joachim CORBIERE

(1845-1875)

Elève

Poète

Tristan Corbière

Edouard-Joachim Corbière à 17 ans

En 1862 avec l’uniforme de lycéen

Photographie Wolter

 


Livre du Bicentenaire (Coiffard, 2008)

200 ans d'histoire - copie

Dictionnaire biographique

Auteur : Jean-Louis Liters

 

CORBIÈRE Édouard-Joachim

(1845-1875) 

Élève / Poète

Pseudonyme : Tristan Corbière.

 

Né le 18 juillet 1845 à Morlaix (Finistère), il est le fils d’Édouard Corbière (1793-1875), marin et auteur du roman Le Négrier.

Entré en pension au lycée impérial de Saint-Brieuc où « il souffre de tout et de tous », victime de crises de rhumatismes articulaires,

il vient à Nantes sur les conseils de son oncle, le docteur Jules Chenantais, qui l’héberge.

Il est alors, pendant près de deux ans, élève externe du lycée de Nantes ;

ses lettres envoyées de Nantes à ses parents ont été publiées.

Entré au lycée le 9 octobre 1860, il figure au palmarès du 8 août 1861, avec un premier accessit de narration latine et de thème latin, en classe de seconde.

Les progrès de la maladie ne lui permettent pas de se présenter au baccalauréat à l’issue de la classe de rhétorique et, à la fin de l’année 1862, il retourne à Morlaix.

 

Le seul ouvrage publié de son vivant, Les Amours jaunes (1873), lui vaut d’être reconnu par Paul Verlaine qui ouvre sur Corbière sa série des Poètes maudits, continuée avec Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé etc..

 


Notre favori :

la biographie de Tristan Corbière

par Jean-Luc Steinmetz

 

Corbière Jean-Luc Steinmetz

 

 


A noter aussi :

un court et délicieux récit romancé

de quelques journées

de Tristan

à Morlaix et à Roscoff

 

Corbière Catherine Urien