2020/03/16 – Au jour le jour depuis le « Nous sommes en guerre ! » d’Emmanuel Macron


Samedi 28 mars

Le message confiné de Pamphile :

« Confinement en musique »

« Bonjour la compagnie,

j’espère que le confinement se passe bien pour vous, tenons nous-y si on peut, pour que cette mauvaise passe dure le moins longtemps possible, c’est compliqué, mais on peut le faire!

Comme tous les musiciens, je me retrouve au chômage pour un temps indeterminé, MAIS, je suis présent sur Facebook tous les soirs pour les impros-confinement. Et la page est visible, même par ceux qui n’ont pas Facebook!

Le principe est simple, vous me donnez des titres de musiques que vous aimez dans les commentaires de la vidéo (la 8ème est publiée à l’instant)

et avec un peu de chance vous pourrez m’entendre la jouer dans l’improvisation du lendemain! Mettez-moi au défi avec tous les styles musicaux possibles et imaginables!

Je n’oublie pas tous ceux qui m’ont aidé à avoir mon nouvel accordéon, On est ma seule compagnie actuellement !… Je prends du temps pour composer.

J’envoie tout mon soutien à tous nos héros du quotidiens, les médecins, les soignants, tous les commerçants, tous ceux qui continuent à travailler, les profs qui n’ont pas la tâche facile en ce moment pour en côtoyer de près, à ceux qui télé-travaillent, ceux qui ne peuvent plus travailler, aux artistes que je vois embellir les réseaux sociaux et à tous les héros de l’ombre que j’oublie.

Bon courage à tous

Pamphile

Plus d’infos sur http://www.accordeon-pamphile.fr

https://www.facebook.com/accordeon.pamphile/  »

 

 

Mercredi 25 mars

La relecture avant publication des chroniques de Jean Bourgeon de la Première Guerre mondiale nous redonne à lire :

 » Les épidémies (scarlatine, rubéole, typhoïde, méningite…) qui touchent le pays après un hiver particulièrement rigoureux, n’épargnent pas les soldats. Régulièrement les journaux publient des statistiques morbides : du 1er janvier au 15 février 1914, 806 jeunes soldats sont morts ; 125 garnisons sur 367 sont touchées, particulièrement celles de l’Ouest et du Midi.  »

Chronique du 23 février 1914

et, pire une fois la guerre déclarée :

« Le bilan est catastrophique : 40 000 morts français en 3 jours, dont 27 000 pour le seul 22 août, le jour le plus sanglant de notre Histoire. »

Chronique du 22 août 1914

Mardi 24 mars

Notre ancien élève, le général Emile Mellinet nous ouvre la voie

 

Ouest-France 24 mars 2020

 

Dimanche 22 mars

La qualité de l’air s’améliore dans les pays qui ont opté pour le confinement (Ouest-France)

 

Samedi 21 mars

Profitez du confinement : « Lisez »

 

Ouest-France 21-22 mars 2020

Pour une lecture plus facile, voir Heloïse / Actualité / 21 mars 2020

 

Vendredi 20 mars

Aujourd’hui le Printemps !

Et pendant ce temps là, les professeur.e.s enseignaient à distance

Drig en pleine forme

 

Jeudi 19 mars

Triste Mi-Carême où on voit dans les rues de plus en plus de gens masqués.

Un dessin de circonstance de notre ami le Breton Patrick Hervé, alias Drig

 

Mercredi 18 mars

Face au coronavirus, l’État instaure « l’état d’urgence sanitaire »

 

Mardi 17 mars / 12 h

La France et les Français placés en « confinement général »

 

Lundi 16 mars / 20 h

« Nous sommes en guerre sanitaire » (Le Président de la République)

« Restez chez vous » (Le ministre de l’Intérieur)

 

Dimanche 15 mars

Premier tour des Elections municipales. Abstention record.

 

Samedi 14 mars / 13 h

Fermeture du lycée Clemenceau. Classes et internats vidés.

 

Samedi 14 mars / 10 h 30

Inauguration à Clemenceau de l‘Exposition « Adolescent des Années 50 ».

Magnifique, elle aura vécu ce que vivent les roses, l’espace d’une matinée.

 

Vendredi 13 mars

Les Assemblées générales du Comité de l’Histoire du Lycée Clemenceau (14 mars) et de l’Amicale des Anciens Elèves Lycées Clemenceau et Jules Verne (21 mars) sont reportées.

 

Jeudi 12 mars / 20 h

En raison de la propagation du coronavirus covid-19, le Président de la République décrète sur tout le territoire la fermeture prochaine de tous les établissements scolaires et universitaires.

 

Georges et les Autres

confiné, comme il se doit