Un récit de jeunesse signé Louis Poirier (Julien Gracq)


Rarissime et extraordinaire manuscrit

de jeunesse de Louis Poirier

adjugé 93 600 euros à l’hôtel Drouot (Paris)

pour la Région des Pays de la Loire

en lien avec le Ministère de la Culture et la BNF.

 

 

 

Partnership

de Louis Poirier

(né en 1910, élève du lycée jusqu’en 1928 et qui ne signe pas encore Julien Gracq)

est daté de 1931

Gracq 1931

Notice de présentation

lors de la vente 

signée

« Les Collections Aristophil »

 

PARTNERSHIP. Manuscrit autographe signé Louis Poirier, Saint-Florent le Vieil, [1931]. 138 pages in-4 sous cahier in-8 à couverture toilée.
Manuscrit haut d’époque d’une écriture serrée, signé par Julien Gracq sur la couverture de son vrai nom Louis Poirier.
Sur une page de garde Julien Gracq cite une phrase de Shakespeare: «Alike bewitched by the charm of looks…» Roméo et Juliette prologue »».

«Partnership» est le récit malheureux d’une amitié de jeunesse que Julien Gracq souhaitait amoureuse et où il se dévoile de façon lucide et touchante.

… «Pourquoi ne vous raconterais-je pas mon histoire? J’aimerais la connaître. Bien des choses qui vous intéressent ne m’intéressent plus.
Elle pourquoi l’ai-je haie, pourquoi l’ai-je quittée, elle, pourquoi quittée, perdue. En vérité, des miracles de l’intelligence et des divinations du coeur d’autre miracle que de me le dire d’autre divination que de le retrouver» «Vous ne savez pas la chose que c’est que le visage d’une femme.
Vous ne savez pas ce que c’est qu’une voix, des mains, des pas. Vous ne savez pas ce que les hommes appellent la présence. Ce qu’ils appellent le silence, personne non plus ne vous l’a appris. Vous ne savez pas ce que c’est de l’avoir et de ne plus l’avoir, de ne plus l’entendre et de l’entendre, de se dire qu’elle est là et qu’elle n’est pas là… La femme bien-aimée, vous dites que vous l’aimez comme vous-même mais vous ne savez pas ce que c’est que d’aimer une autre que chaque jour c’est la première et la dernière fois que vous la voyez…» «A ma colère feinte contre ses idées, elle répondait en s’amusant par de petites affirmations volontairement sottes puisées dans les journaux et ponctuées de rires et de petits hochements de tête, puis nous nous mettions à rire ensemble, je la plaisantais, elle prétendait m’arrêter avec un «Dites donc vous» d’une dignité très comique.
Puis nous étions heureux comme deux enfants d’avoir tant d’esprit ensemble pour moi, je sentais la joie couler dans tous mes membres et les réchauffer, de la voir me parler…» «Il en va dans le bonheur comme dans la jalousie, comme dans tous les instants extrême de la passion: je l’en aimai davantage. Il me semblait que maintenant la rencontre était complète, que nous nous étions choisis et reconnus à tous les points de l’espace et temps où nous pouvions être ensemble»…

(La couverture toilée du cahier est en mauvais état et détachée).
Rarissime et extraordinaire manuscrit de jeunesse de Julien Gracq.